Il avait comparé les victimes du Bataclan aux terroristes : le Père Benoît relevé de ses fonctions - TF1 27/11/2015

Un prêtre compare les terroristes aux victimes du Bataclan, des sanctions réclamées Il affirme avoir parlé aux terroristes deux heures avant l'attaque du Bataclan.

Le Père Hervé Benoît, qui avait comparé dans une tribune les victimes du Bataclan et leurs bourreaux, en les qualifiant de "frères siamois", a été relevé de ses fonctions ce vendredi par l'archevêque de Lyon, Mgr Philippe Barbarin.

Une pétition, lancée il y a quelques jours sur le site "change.org" pour  demander la destitution du prêtre, avait déjà recueilli 37.960 signatures vendredi matin.
 
"Se retirer immédiatement dans une abbaye"
 
"A la suite de la publication d'une tribune signée par le Père Hervé  Benoît, et après avoir pris le temps de le rencontrer et de l'écouter, j'ai décidé, en accord avec son évêque Mgr Armand Maillard (évêque de Bourges,  ndlr), de le relever de ses différentes charges pastorales dans le diocèse de Lyon", explique le cardinal.
 
Il demande aussi au Père Benoît, qui exerçait comme chapelain à la Basilique de Fourvière, "de se retirer immédiatement dans une abbaye pour prendre un temps de prière et de réflexion".
 
Une tribune publiée sur un site traditionnaliste
 
La tribune du religieux était parue après les attentats sur le site traditionaliste "Riposte catholique". Véritable diatribe contre le groupe de rock garage Eagles of Death Metal qui jouait le vendredi 13 novembre au Bataclan à Paris, le texte s'en prenait aussi vivement au public.
 
"Regardez les photos des spectateurs quelques instants avant le drame. Ces pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique (...). Ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois", pouvait-on lire. "Le signe de la mort et du chaos ne flotte pas que sur les rues de Paris, un vendredi soir maudit. 130 morts, c'est affreux! Et  600 morts, c'est quoi ? C'est le chiffre des avortements en France le même jour", ajoutait le prêtre.
 
"Maintenir entre les hommes la paix et la concorde fondée sur la justice"
 
"Dans le contexte qui est le nôtre, il n'est pas acceptable que des chrétiens, à plus forte raison des prêtres, ne s'appliquent pas toujours et le plus possible à maintenir entre les hommes la paix et la concorde fondée sur la justice", souligne Mgr Barbarin.
 
Après cette sanction lyonnaise, il appartiendra au diocèse de Bourges, dont le prêtre est originaire, de décider des suites éventuelles à donner, avait indiqué une source proche du dossier jeudi soir. "Le ton de cette tribune ne traduit pas l'attitude d'un pasteur qui rencontre, écoute, accompagne les personnes dans la souffrance, dans une  attitude de miséricorde", avait déclaré cette semaine Mgr Maillard, cité dans  le communiqué du cardinal Barbarin.

Date de dernière mise à jour : 16/05/2016