De quoi ont-ils peur ?

 

Livre sarah benoitDe la critique du livre  « Du fond de notre cœur »

 

Éric de Clermont-Tonnerre, op

France

3 février 2020

 

C'est avec tristesse, et un brin de colère, que j'ai lu « Du fond du cœur » le livre co-écrit par Benoît XVI et le cardinal Robert Sarah, comme l'indique la couverture du livre actuellement en vente.

Cet ouvrage ne vise pas la bonne cible. Il ne traite pas du scandale des abus sexuels commis par les membres du clergé partout dans le monde. Il ne pose pas la question d'éventuelles ordinations d'hommes mariés sur une base théologique et pastorale juste.

L'introduction est intitulée « De quoi avez-vous peur ?  ». Je ne peux que retourner la question aux auteurs. Croient-ils vraiment que l'ordination d’hommes mariés, qui a toujours été pratiquée dans les Églises orientales, mettra en danger l'Église catholique, saignée à blanc par un manque de courage pastoral et de pertinence théologique ?

La conclusion fustige les « pauvres arguments, les positions théâtrales, les mensonges diaboliques et les erreurs à la mode qui veulent dévaloriser le célibat sacerdotal »... Le choix de ces termes est malheureux. Ne font-ils pas de tout baptisé qui ose remettre en cause le célibat sacerdotal un partisan potentiel de Satan, un adversaire de l'Église ? En tant que religieux dominicain et prêtre célibataire, je suis blessé par ces manières de s'exprimer sur des questions qui touchent à l'attachement au Christ et au don de soi pour le service de l'Évangile et du salut humain.

La « vision ecclésiologique et pastorale du célibat des prêtres » du cardinal Sarah se veut une réflexion positive et pacifique. Mais elle est marquée par une étonnante négativité : « une catastrophe pastorale », « une confusion ecclésiologique », « un obscurcissement de la compréhension du sacerdoce ».

En ce qui concerne la partie signée par Benoît XVI, « Le sacerdoce catholique », il est vraiment dommage qu'elle ne mentionne pas le sacerdoce commun des baptisés. Le célibat des religieuses et autres religieux est complètement ignoré. Le passage du sacerdoce de l'Ancien Testament à celui du Nouveau Testament n’est pas basé sur les développements de la Lettre aux Hébreux qui insistent sur le changement radical du culte.

Il est urgent que les théologiens travaillent sur ces questions de manière plus approfondie et moins polémique, afin que nous puissions progresser dans notre compréhension du sacerdoce des baptisés et du ministère sacerdotal, de la sainteté du mariage et du célibat pour le Royaume.

Un tel travail en profondeur permettra d'établir l'Église sur son fondement - le Christ, sa Parole, le Baptême, la communion des saints - et ainsi d'assainir sa structure hiérarchique, qui n'est pas au service d'un idéal sacré, mais du sacré qu'est la sainte humanité du Christ. Cela signifie toute l'humanité : tout être humain est potentiellement ouvert à une rencontre avec Dieu.

 

Éric de Clermont-Tonnerre, op, est un ancien maître de la province française de l'Ordre des Prêcheurs (1992-2001) et président de la Conférence des Supérieurs généraux de France (1995-2001). Il est depuis 2005 le rédacteur en chef du CERF, l’importante maison d'édition catholique fondée par les Dominicains en 1929.

 

Book Review: 'From the Depths of Our Hearts'

 

Éric de Clermont-Tonnerre, OP
France

February 3, 2020

 

 

It was with sadness - and a touch of anger - that I read From the Depths of Our Hearts, co-authored by Benedict XVI and Cardinal Robert Sarah, as the cover of the book currently on sale indicates.

This book doesn't seem to me to be in the right place. It does not deal with the scandal of the sex abuse committed by members of the clergy everywhere. It does not ask the question of possible ordinations of married men on an appropriate theological and pastoral basis.

The introduction is entitled, "What are you afraid of? " We can only pose the question to the authors. Do they really believe that it is the ordination of married men, which has always been practiced in the Eastern Churches, that will endanger the Catholic Church, which has been bled dry by a lack of pastoral courage and theological relevance?

The conclusion castigates the "poor arguments, theatrics, diabolical lies, and fashionable errors that want to devalue priestly celibacy"... The choice of these terms is unfortunate. Do they not make every baptized person who dares to question priestly celibacy a potential supporter of Satan, an adversary of the Church?

As a Dominican religious and celibate priest, I am wounded by these ways of expressing myself on questions that touch on attachment to Christ and the gift of self in the service of the Gospel and human salvation.

Cardinal Sarah's "Ecclesiological and Pastoral View of Priestly Celibacy" is intended to be a positive and peaceful reflection. But it is marked by an astonishing negativity: "a pastoral catastrophe"; "ecclesiological confusion"; "an obscuring of the understanding of the priesthood".

And, with regard to the part signed by Benedict XVI, "The Catholic Priesthood", it really is a pity that it does not mention the common priesthood of the baptized. Celibacy as practiced nuns - women - and other religious is completely ignored. And that the passage from the priesthood in the Old Testament to that in the New Testament is not based on the developments in the Letter to the Hebrews, which insist on the radical change of worship.

There is an urgent need for theologians to work on these issues in a more thorough and less polemical way, so that we may advance in our understanding of the priesthood of the baptized and the priestly ministry, of the sanctity of marriage and celibacy for the Kingdom.

Such in-depth work will make it possible to establish the Church on its foundation - Christ, His Word, Baptism, the communion of saints - and, by the same token, to sanitize its hierarchical structure, which is not at the service of a sacred ideal, but of the sacred that is the holy humanity of Christ. That means all humanity: every human being potentially open to an encounter with God.

 

Éric de Clermont-Tonnerre OP is a former head of the French province of the Order of Preachers (1992-2001) and president of the Conference of Superiors General of France (1995-201). He served from 2005-20 as editor-in-chief of CERF, a major Catholic publishing house the Dominicans founded in 1929.

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/02/2020