Nihil obstat au baptême

  • Par ccbl
  • Le 29/01/2021
  • Commentaires (0)

 Zorobabel a rencontré l’accompagnateur d’un catéchumène.

 

Au cours de la conversation, fort agréable, le dit accompagnateur rapportait que le baptême étant proche il lui fallait écrire une lettre à l’évêque, comme devait le faire aussi le catéchumène. Que ces deux lettres disent à l’évêque ce qu’a été le chemin de ces deux années de compagnonnage, entre eux et avec le Christ, lui paraissait un geste de partage on ne peut plus bienvenu. Faire Eglise tous ensemble, prier pour ce nouveau membre de notre communauté des croyants, l’accueillir à bras ouverts, demander l’Esprit Saint sur lui, c’est parfait.

Mais il sentait flotter autour de cette démarche une atmosphère de « demande de permission » et s’en étonnait. Car en quoi l’évêque devrait-il donner son blanc seing ? Nihil obstat ? Que sait-il de plus que l’accompagnateur ? Que sait-il de plus que l’équipe qui l’entoure et avec qui il est en communion ?

Zorobabel repensa à l’histoire de Philippe : “Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l'eau. Et l'eunuque dit: Voici de l'eau; qu'est-ce qui empêche que je ne sois baptisé? Philippe dit: Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L'eunuque répondit: Je crois que Jésus Christ est le Fils de Dieu. Il fit arrêter le char; Philippe et l'eunuque descendirent tous deux dans l'eau, et Philippe baptisa l’eunuque.(Actes 8, 36-38)

 

“ Baptisé, ici et maintenant. Tout de suite. Sans condition de quelque sorte parce que l’amour de Dieu est tel.

Zorobabel

Courage Zorobabel ! (Aggée 2:4)

 
  Suivant : Statistiques diocésaines et ravaudage

Ajouter un commentaire