Les chroniques sans Nihil Obstat

Rss 3Zorobabel,”le rejeton de Babel” - là où les hommes ne voulaient qu’un seul langage - est le serviteur qui veut se mettre au travail avec courage, même si celui-ci est immense…(livre d'Aggée)

Zorro est arrivé

        Zorro fourbit ses armes et va bientôt arriver...sans s'presser...comme à la télé. 

 

Vierge                                                            A très bientôt sur le site       

C'est la fête des lumières...mettons notre bougie


   En attendant allez relire l'excellent livre de Christine Pedotti "Vatican 2035 "

La sociocratie en Eglise. Quésaco ? Zorobabel vous l’explique

La sociocratie en Eglise. Quésaco ? Zorobabel vous l’explique

 

 

Cela ne se passe ni en Amazonie ni dans le « Far West », mais dans le « Close West » lyonnais ! Ces dernières semaines une paroisse de ce coin de la métropole renouvelait son Equipe d’Animation Paroissiale. La tradition lyonnaise veut que les membres laïcs de cette équipe soient appelés par le curé après consultation des membres de droit (curé, vicaire, prêtre auxiliaire, diacre, Laïc En Mission Ecclésiale). Dans cette paroisse, qui a réfléchi depuis plusieurs années au sens de la pyramide inversée chère au Pape François, il n’y a pas d’appel par les clercs, mais une “élection sans candidat”. Cela veut dire que personne ne se porte volontaire, mais que ce sont les membres de la communauté qui désignent celles et ceux qui, à leur avis, seront les bonnes personnes pour les bons postes.

 

On n’est donc ni dans l’autocratie cléricale ni dans la démocratie, mais dans une troisième voie qui vise à un pilotage et une gouvernance dynamiques des organisations ; cela s’approche de la sociocratie. Oui, c’est un peu savant, mais Zorobabel aime citer le philosophe Auguste Comte dans ses diners en ville.

 

Concrètement, la communauté chrétienne se réunit une première fois et chacun est appelé à proposer un ou plusieurs membres de la paroisse - y compris éventuellement lui-même - dans une proposition bienveillante, positive, qui doit être argumentée autour des charismes de chacun. Un responsable de l’EAP à renouveler contacte alors les nominés pour connaitre/solliciter leur accord éventuel. La semaine suivante, nouvelle réunion avec en main la liste des personnes ayant donné leur accord. Cette fois, les membres de la communauté votent. Et quelques temps après, toute la communauté se réjouit lors de l’assemblée qui envoie cette nouvelle équipe.

 

C’est la voie choisie par cette paroisse pour désigner un nouvelle EAP missionnaire, sachant valoriser les charismes, et à même d’animer une communauté vivante.

 

Si vous voulez j’ai les noms des élus ainsi que celui de la paroisse, que vous puissiez les féliciter.

18 nov. 2019 - Tout va bien, nous vous avons entendus !

 

Tout va bien, nous vous avons entendus

 

               Ce jeudi 14 novembre, le sanctuaire St Bonaventure, à Lyon, organisait une soirée pour présenter la restitution des presque 5.000 réponses que La Croix avait reçues à son questionnaire ‘Réparons l’Eglise’ mis en ligne entre mars et juin dernier.

               Sur l’estrade un des rédacteurs en chef du journal (homme, prêtre), un professeur d’ecclésiologie (homme, prêtre), un des deux évêques auxiliaires du diocèse (homme, prêtre) et la responsable d’un service diocésain (femme, LEME).

               La première intervention fut celle du journaliste qui résuma les résultats de l’enquête : les baptisés de base ont exprimé leur souffrance de ne pas être entendus par l’institution, de se sentir catholiques de « seconde zone ».

               Je me suis dit : la soirée va être intéressante car il n’y aura pas de langue de bois après cette mise en bouche.

               Las, la suite me fit déchanter.

               Les ‘sachants’ de l’estrade nous ont expliqués doctement que :

                   -les laïcs ne connaissent pas le fonctionnement de leur Eglise et donc toutes les  opportunités qu’elle leur offre de s’exprimer,

                   -ces mêmes laïcs ne sont pas formés et sont donc incapables de faire des  propositions autres que « pauvres et maladroites ».

Je crois avoir été attentif durant ces 50 minutes : jamais le mot ‘cléricalisme’ n’a été prononcé.

               Ce que j‘aurais aimé entendre, c’est quelque chose comme :

                              C’est vrai que l’institution ne sait pas être à l’écoute du peuple de Dieu. C’est vrai que le droit canon concentre tous les pouvoirs entre les mains des clercs. C’est vrai qu’ils ont des difficultés à le partager.

               Ce que j’ai entendu m’a laissé rêveur :

                              « Pour changer l’Eglise il y a deux sortes de changements :

                le type A : on fait comme avant mais différemment,

                le type B : on fait autre chose.

                            Je choisis le type A. »

Les ‘sachants’ sont restés sur leur estrade. Clercs et laïc, ils ont fait du cléricalisme sans même oser prononcer le mot.

J’aurais pu intituler cette chronique :

 

Tout va bien, nous vous avons entendus. Dormez bien !

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

 

__________________________________________________________________________________________

6 nov 2019 : De la tradition au bon usage de la couture

 

L’autre jour, en traversant la place Bellecour, j’ai croisé un jeune clerc, à peine la trentaine, marchant vivement enrobé dans sa soutane noire (très bien coupée, il faut le dire). Il était en grande conversation téléphonique avec un smartphone dernier cri.

Quelques mètres plus loin, 2 jeunes femmes, trentenaires elles-aussi, s’étaient arrêtées et retournées sur l’homme d’Eglise.

  • Quel dommage disait la première, il est vraiment pas mal, ce mec.
  • Oui, mais tu te vois à la maison avec un mari toujours en robe ?

Je me suis d’abord dit que ce dernier commentaire posait une vraie question à l’heure des ‘’Viri probati’’. Puis je me suis rappelé une discussion avec un étudiant lors d’une pose d’un cours de théologie à la catho. Il m’expliquait très sérieusement que la soutane lui permettait de se rappeler qu’il était le représentant du Christ et qu’il s’agissait là d’une tradition de l’Eglise depuis l’origine du christianisme.

C’était oublier :

  • Que la soutane n’est recommandée que depuis le concile de Trente et obligatoire depuis le XVIIème siècle,
  • Que sa coupe actuelle ne date que du début XXème siècle,
  • Que le droit canon demande aux clercs de porter un habit ecclésiastique convenable.

 

Aussi en tant que référence au Christ et à la tradition, il semble qu’il y ait un petit hiatus dans son argumentation.

Alors, je préconise aux amoureux de la soutane de revenir à un vêtement plus conforme à celui que portait le Christ : à savoir une tunique sans couture.

Vous avez dit sans couture, donc sans poche !

Mais alors où ranger le téléphone portable ?

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

 

__________________________________________________________________________________________

10 oct. 2019 : Le prêtre et le paléontologue ou la confession obligatoire

 

L’été, c’est souvent l’occasion de retrouvailles des uns ou des autres. Pour moi, ce fut celle d’un vieux copain d’enfance, paléontologue, profitant de sa retraite depuis plusieurs années.

Il me raconta la visite impromptue du nouveau vicaire de sa paroisse à son domicile[1], jeune homme ayant récemment quitté un séminaire d’Amérique latine, protégé du monde grâce à sa soutane et assurant la fonction de curé pour un clocher alors que le titulaire, débordé se consacrait aux nombreux autres villages sous sa responsabilité.

Rapidement dans la conversation, il assena sa conception créationniste de monde avec la segmentation bien connue de la Genèse en 7 jours. Dieu a travaillé 6 jours et le 7ème, il se reposa. Point à la ligne.

Vous imaginez bien que le paléontologue retraité ne pouvait entendre ce discours et qu’il le contesta, fort d’une vie consacrée à l’étude de l’évolution.

Que croyez-vous qu’il se passa ?

Ayant perdu la partie argumentaire, notre jeune prêtre demanda à l’auguste retraité de confesser ses fautes et ses erreurs d’interprétation. Bien entendu refus de l’intéressé.

L’histoire aurait pu (du) s’arrêter là ! Mais…

Mais, le dimanche suivant, comme tous les dimanches depuis fort longtemps, Madame l’épouse du paléontologue alla à la messe paroissiale et voulu repartir avec hostie protégée par la custode règlementaire pour son savant de mari dans l’impossibilité de participer à l’Eucharistie du fait d’un handicap lié à son âge.

Madame tendit donc la custode au jeune prêtre qui refusa d’y placer l’hostie.

Et je vous donne en mille l’explication du célébrant : on ne donne pas la communion à quelqu’un qui refuse de se confesser.

La morale, non, les morales de cette histoire sont multiples

  • La formation scientifique, sémantique et théologique assurée dans les séminaires est surprenante !
  • Le baptisé n’aurait qu’un choix restreint : devenir créationniste ou ne plus communier !
  • C’est le prêtre qui décide quand il faut se confesser !

Je suis sûr que vous trouverez par vous-même d’autres morales à la lecture d’un fait, hélas, pas si divers.

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

 


[1] Cette histoire vraie se passe dans le Var

__________________________________________________________________________________________

3 oct. 2019 - La servir ou l'asservir ?

 

Lors d’une discussion, un ami prêtre, comme moi ‘’poivre et sel’’, me racontait la fin d’une discussion avec un jeune confrère, fraîchement sorti du séminaire.

Son homologue récemment émoulu et estampillé ‘‘apte’’ pour le service affirmait avec une conviction profonde son attachement à l’Eglise et son désir de la servir.

  • Comment l’écris-tu ? lui répliqua mon ami, fort de ses 55 ans de ministère ?

 

Outre le jeu de mot intéressant, cette saillie montre bien le regard inquiet des ‘’anciens’’ face à une nouvelle génération de prêtres

  • qui s’attachent comme des noyés aux planches du « tout liturgique »  et du « tout dogmatique »,
  • qui ne semblent pas avoir entendu l’appel du cardinal Bergoglio lors des congrégations générales précédant le conclave : ‘’Dieu frappe à la porte des églises, non pour y entrer mais pour en sortir’’,
  • qui ne semblent pas se sentir concernés par la lutte contre le cléricalisme.

 

Je me réjouissais encore de savoir que mon inquiétude était partagée par un clerc que j’admirais beaucoup quand brusquement je me suis souvenu de la parole de Jésus en Mt 7, 3 : ‘’Quoi ! Tu regardes la paille qui est dans l’œil de ton frère et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ?’’

 

Et je me suis promis de faire moi aussi mon examen de conscience pour vérifier que je ne cherche pas à asservir l’Eglise que je me propose de servir humblement.

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

22 sept. 2019 - Zorobabel se réjouit !

Les 9 et 10 novembre prochain, au Chatelard à Francheville, aura lieu une retraite pour couples homosexuels.

Deux jours pour que celles et ceux qui vivent en couple, veulent vivre leur vie sous le regard de Dieu et avancer avec Lui puissent entrer dans l’expérience spirituelle chrétienne, dans la tradition ignatienne.

Je ne peux qu’être heureux de cette avancée hors des sentiers battus de la pensée unique.

Comme tout couple hétérosexuel, les couples LGTB doivent pouvoir prendre le temps de se poser, de réfléchir, d’échanger avec d’autres couples sur leur chemin de vie avec le Christ.

Avoir un lieu et un accompagnement spécifique est une grande avancée pour reconnaître ces frères et sœurs qui font partie pleinement de la communauté des baptisés, et à qui il est toujours bon de le signifier…

Je ne puis que prier le ciel, ses anges, ses archanges et autres séraphins (qui ont l’indéniable avantage de ne pas avoir de problèmes de genre)   pour que toutes les paroisses, tous les centres spirituels, tous les lieux d’Eglise montrent ainsi le vrai visage de l’Evangile : celui de l’écoute et d’attention à l’autre, quel qu’il soit.

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

16 sept. 2019 - Sur la route des vacances… à la recherche des chrétiens : où ? à quelle heure ?

Dans nos villages d’Auvergne, les “fêtes patronales” (où on fête le Saint Patron de la paroisse) rassemblent toutes les générations : messe, cérémonie au monument aux morts, repas et activités ludiques.

Elles relisent l’histoire d’un village.

Elles permettent de faire communauté, de créer un lien social difficile à entretenir dans un habitat dispersé et avec les difficultés de vie de notre époque.

Elles ont - elles avaient - une tonalité chrétienne forte puisque la messe y est (était) célébrée à cette occasion comme point de départ des festivités. De la messe au monument aux morts, puis au repas pris ensemble, on avait là un continuum qui instillait le “saint” dans cette journée.

Avant, mais ça c’était avant, la messe était à 11h, et commençait la journée.

 

Mais…

Il y a moins de prêtres pour célébrer l’Eucharistie… Et la Basilique du chef-lieu rassemble plus de monde… alors la messe de 11 heure, c’est pour la sous-préfecture ! Dans les villages, ce sera 9h !

 

Oui, mais !

Cela change toute la donne, détruisant la logique de la journée de fête du village. On sépare complétement le goupillon du sabre. Le religieux de 9 à 10 h et le civil à partir de midi. Que faire dans un village déserté entre 10h et midi ?

Certains rentrent chez eux (les hameaux sont parfois éloignés) pour ne plus revenir : le lien social est rompu.

D’autres ne viennent pas à la messe pour éventuellement se retrouver au repas : le sens communautaire est rompu, et le village un peu plus déchristianisé.

Oui, ces horaires de messe, c’est vraiment un casse-tête !

Faire du nombre avec la basilique ou se rapprocher d’un monde rural qui se déchristianise se sentant abandonné ?

Une autre organisation de ces jours de fête serait probablement possible, par un dialogue entre tous les acteurs.

Et pour cela réfléchir ensemble à leur sens, accompagner la réflexion des organisateurs. Et c’est sans aucun doute à l’Eglise d’en avoir l’initiative ; des solutions pastorales innovantes sont à trouver à la lumière des réalités sociologiques actuelles avec pour point focal ce qui donne sens à nos vies de baptisés : l’annonce de l’Evangile de Jésus-Christ aux plus petits, faibles, ou pauvres d’entre nous.

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________