Les chroniques sans Nihil Obstat

Rss 3Zorobabel,”le rejeton de Babel” - là où les hommes ne voulaient qu’un seul langage - est le serviteur qui veut se mettre au travail avec courage, même si celui-ci est immense…(livre d'Aggée)

10 oct. 2019 : Le prêtre et le paléontologue ou la confession obligatoire

 

L’été, c’est souvent l’occasion de retrouvailles des uns ou des autres. Pour moi, ce fut celle d’un vieux copain d’enfance, paléontologue, profitant de sa retraite depuis plusieurs années.

Il me raconta la visite impromptue du nouveau vicaire de sa paroisse à son domicile[1], jeune homme ayant récemment quitté un séminaire d’Amérique latine, protégé du monde grâce à sa soutane et assurant la fonction de curé pour un clocher alors que le titulaire, débordé se consacrait aux nombreux autres villages sous sa responsabilité.

Rapidement dans la conversation, il assena sa conception créationniste de monde avec la segmentation bien connue de la Genèse en 7 jours. Dieu a travaillé 6 jours et le 7ème, il se reposa. Point à la ligne.

Vous imaginez bien que le paléontologue retraité ne pouvait entendre ce discours et qu’il le contesta, fort d’une vie consacrée à l’étude de l’évolution.

Que croyez-vous qu’il se passa ?

Ayant perdu la partie argumentaire, notre jeune prêtre demanda à l’auguste retraité de confesser ses fautes et ses erreurs d’interprétation. Bien entendu refus de l’intéressé.

L’histoire aurait pu (du) s’arrêter là ! Mais…

Mais, le dimanche suivant, comme tous les dimanches depuis fort longtemps, Madame l’épouse du paléontologue alla à la messe paroissiale et voulu repartir avec hostie protégée par la custode règlementaire pour son savant de mari dans l’impossibilité de participer à l’Eucharistie du fait d’un handicap lié à son âge.

Madame tendit donc la custode au jeune prêtre qui refusa d’y placer l’hostie.

Et je vous donne en mille l’explication du célébrant : on ne donne pas la communion à quelqu’un qui refuse de se confesser.

La morale, non, les morales de cette histoire sont multiples

  • La formation scientifique, sémantique et théologique assurée dans les séminaires est surprenante !
  • Le baptisé n’aurait qu’un choix restreint : devenir créationniste ou ne plus communier !
  • C’est le prêtre qui décide quand il faut se confesser !

Je suis sûr que vous trouverez par vous-même d’autres morales à la lecture d’un fait, hélas, pas si divers.

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

 


[1] Cette histoire vraie se passe dans le Var

__________________________________________________________________________________________

3 oct. 2019 - La servir ou l'asservir ?

 

Lors d’une discussion, un ami prêtre, comme moi ‘’poivre et sel’’, me racontait la fin d’une discussion avec un jeune confrère, fraîchement sorti du séminaire.

Son homologue récemment émoulu et estampillé ‘‘apte’’ pour le service affirmait avec une conviction profonde son attachement à l’Eglise et son désir de la servir.

  • Comment l’écris-tu ? lui répliqua mon ami, fort de ses 55 ans de ministère ?

 

Outre le jeu de mot intéressant, cette saillie montre bien le regard inquiet des ‘’anciens’’ face à une nouvelle génération de prêtres

  • qui s’attachent comme des noyés aux planches du « tout liturgique »  et du « tout dogmatique »,
  • qui ne semblent pas avoir entendu l’appel du cardinal Bergoglio lors des congrégations générales précédant le conclave : ‘’Dieu frappe à la porte des églises, non pour y entrer mais pour en sortir’’,
  • qui ne semblent pas se sentir concernés par la lutte contre le cléricalisme.

 

Je me réjouissais encore de savoir que mon inquiétude était partagée par un clerc que j’admirais beaucoup quand brusquement je me suis souvenu de la parole de Jésus en Mt 7, 3 : ‘’Quoi ! Tu regardes la paille qui est dans l’œil de ton frère et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ?’’

 

Et je me suis promis de faire moi aussi mon examen de conscience pour vérifier que je ne cherche pas à asservir l’Eglise que je me propose de servir humblement.

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

22 sept. 2019 - Zorobabel se réjouit !

Les 9 et 10 novembre prochain, au Chatelard à Francheville, aura lieu une retraite pour couples homosexuels.

Deux jours pour que celles et ceux qui vivent en couple, veulent vivre leur vie sous le regard de Dieu et avancer avec Lui puissent entrer dans l’expérience spirituelle chrétienne, dans la tradition ignatienne.

Je ne peux qu’être heureux de cette avancée hors des sentiers battus de la pensée unique.

Comme tout couple hétérosexuel, les couples LGTB doivent pouvoir prendre le temps de se poser, de réfléchir, d’échanger avec d’autres couples sur leur chemin de vie avec le Christ.

Avoir un lieu et un accompagnement spécifique est une grande avancée pour reconnaître ces frères et sœurs qui font partie pleinement de la communauté des baptisés, et à qui il est toujours bon de le signifier…

Je ne puis que prier le ciel, ses anges, ses archanges et autres séraphins (qui ont l’indéniable avantage de ne pas avoir de problèmes de genre)   pour que toutes les paroisses, tous les centres spirituels, tous les lieux d’Eglise montrent ainsi le vrai visage de l’Evangile : celui de l’écoute et d’attention à l’autre, quel qu’il soit.

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

16 sept. 2019 - Sur la route des vacances… à la recherche des chrétiens : où ? à quelle heure ?

Dans nos villages d’Auvergne, les “fêtes patronales” (où on fête le Saint Patron de la paroisse) rassemblent toutes les générations : messe, cérémonie au monument aux morts, repas et activités ludiques.

Elles relisent l’histoire d’un village.

Elles permettent de faire communauté, de créer un lien social difficile à entretenir dans un habitat dispersé et avec les difficultés de vie de notre époque.

Elles ont - elles avaient - une tonalité chrétienne forte puisque la messe y est (était) célébrée à cette occasion comme point de départ des festivités. De la messe au monument aux morts, puis au repas pris ensemble, on avait là un continuum qui instillait le “saint” dans cette journée.

Avant, mais ça c’était avant, la messe était à 11h, et commençait la journée.

 

Mais…

Il y a moins de prêtres pour célébrer l’Eucharistie… Et la Basilique du chef-lieu rassemble plus de monde… alors la messe de 11 heure, c’est pour la sous-préfecture ! Dans les villages, ce sera 9h !

 

Oui, mais !

Cela change toute la donne, détruisant la logique de la journée de fête du village. On sépare complétement le goupillon du sabre. Le religieux de 9 à 10 h et le civil à partir de midi. Que faire dans un village déserté entre 10h et midi ?

Certains rentrent chez eux (les hameaux sont parfois éloignés) pour ne plus revenir : le lien social est rompu.

D’autres ne viennent pas à la messe pour éventuellement se retrouver au repas : le sens communautaire est rompu, et le village un peu plus déchristianisé.

Oui, ces horaires de messe, c’est vraiment un casse-tête !

Faire du nombre avec la basilique ou se rapprocher d’un monde rural qui se déchristianise se sentant abandonné ?

Une autre organisation de ces jours de fête serait probablement possible, par un dialogue entre tous les acteurs.

Et pour cela réfléchir ensemble à leur sens, accompagner la réflexion des organisateurs. Et c’est sans aucun doute à l’Eglise d’en avoir l’initiative ; des solutions pastorales innovantes sont à trouver à la lumière des réalités sociologiques actuelles avec pour point focal ce qui donne sens à nos vies de baptisés : l’annonce de l’Evangile de Jésus-Christ aux plus petits, faibles, ou pauvres d’entre nous.

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

24 août 2019 - L’espérance et les lectures d’été

 

Un ami m’a remis il y a déjà plusieurs mois un petit livre[1]. Vous savez comme se passent les choses ; vous le mettez sur la pile des livres à lire… et il m’a fallu attendre l’été pour l’ouvrir.

Et là vous vous dites : ‘’Diable, pourquoi ai-je donc tant trainé !’’

Oh ! Ce n’est pas qu’il soit révolutionnaire, ni qu’il apporte des idées fondamentalement innovantes. Non, le choc vient de sa date de parution : septembre 2011 !

La CCBF et la CCB-Lyon fêtaient tout juste leur 2ème anniversaire. Le pape Français attendra encore 7 ans pour écrire sa lettre au peuple de Dieu !

Nos amis belges du Conseil Interdiocésain des Laïcs (CIL) publiaient les réactions, travaillées en petits groupes, à 10 questions d’actualité de notre Eglise concernant notamment le cléricalisme, la place des laïcs, la parité femme/homme, la vie des communautés avec un clergé de plus en plus parsemé…

Bref, toutes ces questions que nous traitons depuis 10 ans au niveau du réseau CCB et que le pape François a mis en avant en août 2018.

Du coup, je m’interroge : comment faire pour que notre travail ne soit pas aussi vain que celui de nos voisins wallons? Et je ne vois pas d’autre possibilité que celle de l’exigence.

  • Exigence vis-à-vis de nous-même :
  • Pour clarifier nos désirs et nos espérances.
  • Pour les mettre en forme et les faire connaître.
  • Pour répondre aux appels qu’une refondation de l’Eglise ne peut que susciter.
  • Exigence vis-à-vis de l’institution :
  • Pour qu’elle sorte d’une forme d’autisme apeuré pour vivre notre temps avec l’espérance de l’Evangile.
  • Pour qu’elle ose modifier complétement son organisation pour faire confiance au peuple de Dieu.
  • Comme le disait le pape François quelques jours avant son élection, pour qu’elle entende le Christ qui frappe à la porte de nos églises, non pas pour y entrer mais pour en sortir.

Une nouvelle année commence qui verra (malheureusement) s’opposer nos exigences dans des confrontations inévitables. Le Second Testament nous rappelle que les apôtres ont connu désaccords et disputes qui ont portés du fruit.

Peut-être en cette période, ai-je aussi à méditer cette parole du Christ : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le combat. » Matthieu 10, 34

Sans doute plus que jamais, mon acte de foi est d’être dans l’espérance.

 

[1] L’Eglise quand même, à l’écoute du Peuple de Dieu, Conseil interdiocésain des Laïcs, 2011 - Editions Fidélité – B Namur - http://www.cil.be

 

 

Zorobabel de Lyon

Zorobabel, le rejeton de Babel (la cité où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

 

 

19 juillet 2019 - Qu’il repose en paix. Qu’ils se taisent.

 

Voilà, c’est fini. L’affaire aura duré 11 ans. Pendant lesquels chacun y a été de son couplet éthique ... sans connaître le fond du dossier. Par définition un dossier médical est secret : aucune des personnes ayant largement communiqué avec un avis plein de certitude n’avait accès à ce dossier. 


Que la commission d’éthique de la conférence des évêques de France nous donne des clés pour réfléchir au handicap, à la fin de vie, à l’euthanasie, au suicide assisté, etc.… très bien. Nous ne pouvons que les remercier de ce travail qui nous rend plus humains, parce que plus nuancés dans le travail d’analyse morale (le général, l’universel, le particulier). 


Mais que certains évêques prennent la parole pour nous dire ce qu’il faut penser, du haut de leur autorité de pasteur : non ! Que cesse donc définitivement tout commentaire, que Vincent Lambert repose en paix dans la tendresse de Dieu. 
Les chrétiens ont besoin de matière première pour se forger une opinion conforme à la morale de l’Évangile et non d’un prêt à penser dogmatique qui relève parfois plus du combat politique que de l’annonce de Jésus-Christ.

Zorobabel

Zorobabel, le rejeton de Babel (là où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

 

 

7 juillet 2019 - Le cléricalisme de bon aloi ou Sainte Colère ?

 

J’avais imaginé de longuement vous parler de cette dynamique pour un renouvellement de l’Eglise que je constate en dehors du territoire de « la fille aînée de l’Eglise » :

 

  • En Australie où se met en place un vaste projet de « révision de la gouvernance » (voir sur le site de la CCB LYON l’article de La Croix International du 28 mai ),
  • Aux USA où la principale association des prêtres interpelle vivement les évêques américains (voir sur le même site l’article de la Croix International du 6 juin),
  • En Allemagne et en Suisse où les femmes engagées dans l’Eglise se mettent en grève,

 

et me demander avec vous : « Alors on fait quoi en France ? ». On cause et souvent bien, mais agit-on ?

 

Mais je viens de lire ces lignes qui m’ont mis en colère (Est-elle sainte ? Je ne sais, mais elle est bien réelle) :

« Le diaconat fait partie de l’unique sacrement de l’Ordre. En conséquence, il marque celui qui est ordonné d’un sceau qui ne peut pas être effacé ; autrement dit, il marque la personne pour toute sa vie et dans toutes les dimensions de son existence. Le sacrement la fortifie d’une grâce spéciale (c’est moi qui souligne) pour servir le Peuple de Dieu. »

(Extrait du livret de l’ordination diaconale du 22 juin 2019 à la cathédrale St Jean)

 

 

Si je comprends bien il y a les fortifiés (par la fameuse grâce spéciale) pour servir le Peuple de Dieu et les autres.

Et donc, moi, brave baptisé faiblard, car pas du tout fortifié puisque dénué de toute grâce spéciale, petit Zorobabel qui veut servir le Peuple de Dieu, le puis-je ? En ai-je même le droit ?

Si oui, combien de baptisés faiblards vaut un fortifié ? 

 

Et je dis : assez de cette forme de cléricalisme. Ça suffit !

 

Zorobabel

Zorobabel, le rejeton de Babel (là où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

 

 

22 juin 2019 - Et Dieu vit que cela était bon !

Un jour mon petit-fils de 9 ans me disait qu’il imaginait Dieu assis sur un nuage, les jambes dans le vide, les 2 coudes posés sur ses genoux et le menton entre ses mains. Je lui demandais ce que faisait Dieu, et sa réponse fusa : Dieu, il contemple la terre. Je rajoutais comme dans la Bible : Et Dieu vit que cela était bon !  Oui, me répondit-il avec un sourire.

Dès le 1er jour, Dieu s’émerveille de sa création alors même qu’il ne fait que la commencer !

Notre acte de Foi, aujourd’hui, ne serait-il pas de croire que Dieu, encore et toujours, trouve en sa création de quoi la voir « bonne » ? Et cet acte de Foi change alors complétement notre regard sur notre temps. Tous les soubresauts de notre société sont à contempler avec le regard de bonté de Dieu. Les sauts technologiques, la remise en cause des idées et des valeurs passées, la forte diminution du nombre de prêtres, la revendication pour une juste égalité entre femmes et hommes, la lutte contre le cléricalisme deviennent sources de joie pour Dieu… Tout ce qui génère de la peur, tout ce qui est source d’immobilisme, tout ce qui invite à revenir en arrière devient sous le regard de bonté de Dieu source de vie et d’Espérance.

Le Christianisme est la religion de l’incarnation de Dieu. Pas une religion figée dans ses peurs mais une religion qui accompagne vers lui les femmes et les hommes d’un temps donné, une religion qui, par vérité, doit sans cesse se réinventer pour remplir pleinement ce rôle. Et si comme disent certains « le Christianisme n’existe pas encore », c’est à chaque génération de l’inventer pour être fidèle à l’Evangile vécu au sein de l’humanité en marche.

Alors, avec Dieu, nous pourront contempler notre temps et dire avec lui : cela est bon !

 

Zorobabel

Zorobabel, le rejeton de Babel (là où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

________________________________________________________________________________