1/11/2018 - Peut-on se cacher derrière le droit ?

  • Par ccbl
  • Le 03/11/2018
  • Commentaires (1)

 

Le 17 septembre dernier, le Saint-Siège a informé le ministère français des affaires étrangères qu’il refusait de notifier au cardinal Luis Ladaria Ferrer, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), une citation à comparaître devant un tribunal lyonnais dans l’affaire Barbarin ; raison invoquée : l’immunité de juridiction internationale dont jouisse les chefs d’État et les ministres (en l’occurrence ledit cardinal) pour les actes relevant de leurs fonctions quand ils sont liés à la souveraineté de l’État.

En droit international c’est imparable.

Le 29 octobre dernier, la veille de son procès, Monseigneur Fort, ancien évêque d’Orléans qui refusa de dénoncer les agissements pédophiles d’un prêtre de son diocèse, « se fait porter pâle, pat le biais d’un certificat médical succinct ».

Il est dans son droit. 

Le 1er novembre 2018, les 12 évêques de la province de Lyon ont ôté de la liste des nominations de l’officialité (tribunal ecclésiastique) de Lyon le nom de Pierre Vignon, jusqu’alors juge ecclésiastique, - P. Vignon est le prêtre qui a lancé la pétition demandant à P. Barbarin de se retirer.

Les 12 évêques sont dans leur droit.

Ces 3 dates sont postérieures à celle de l’envoi de la lettre du Pape François au peuple de Dieu dans laquelle écrit, entre autres «  [Il y a] une manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Eglise...comme l’est le cléricalisme.../… Dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme… »

Ils sont dans leur droit, ils sont évêques mais ils n’ont rien compris. Vraiment rien compris.

C’est mon Eglise et la stupidité de certains de ses membres me fait souffrir.

Mais c’est mon Eglise.

 

Zorobabel de Lyon

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

_________________________________________________________________________________

Commentaires (1)

Fay Claire
  • 1. Fay Claire | 05/11/2018
En l’occurrence, il ne s'agit pas de stupidité mais de tolérance au crime, voire à sa complicité. Dès lors que, comme dans les pires familles, les " autres enfants" restent avec les parents abuseurs, c'est une double peine pour la victime qui, elle, est exclue et piétinée. Ce n'est pas de la stupidité mais de la perversité et il ne faut pas chercher à la comprendre sous peine de complaisance! Mon église, celle de l'Evangile, est avec les victimes et non les pharisiens. Baptisés, sortez de la fascination et de la séduction qu'exerce le pervers. Condamnez ce qui est condamnable. Il est nécessaire de ne pas tolérer l'intolérable. Jésus nous le dit régulièrement. Une relecture de l'évangile s'impose si vous vous sentez happés et englués par la tiédeur.

Ajouter un commentaire