1/11/2018 -Comment fait-on les cocktails en haut de la colline ?

  • Par ccbl
  • Le 03/11/2018
  • Commentaires (2)

 

On prend un shaker, on y introduisez les ingrédients :

  • La lettre d’un pape (François) invitant les membres du peuple dont il a la charge, à chercher une nouvelle manière de gouverner l’Eglise en coresponsabilité ;
  • Un prêtre de campagne (Pierre) qui prend cette invitation au pied de la lettre, livre ses réflexions et aboutit à une conclusion (bonne ou mauvaise, peu importe : le débat est ouvert) demandant la démission d’un cardinal (Philippe) ;
  • 105.000 chrétiens ou non qui se retrouvent dans les propos de Pierre et qui souhaitent un changement (soit le double des 55.000 pratiquants du diocèse de Philippe).

On agite et laissez reposer.

Moi, petit Zorobabel de la plaine, j'observe le résultat :

  • Le silence étonnant dans diocèse de Philippe concernant les moyens à prendre pour mettre en œuvre les préconisations de François ;
  • L’absence impressionnante de dialogue et de travail pour analyser, comprendre et faire avancer les réflexions de Pierre ;
  • La sanction déguisée en r"éorganisation pour écarter Pierre de sa fonction de juge à l’Officialité interdiocésaine, , par les Evêques de la province en soutien de Philippe.

Il y a parfois des surprises quand on prend de l'altitude !

 

Comme je l’écrivais dans mon billet du 19 octobre : la règle de fer est de retour !. Elle sert toujours à taper sur les doigts. Cela me rappelle aussi les réactions ecclésiales vis à vis du MRJC qui osait ouvrir le débat sur l’avortement qui avait été sanctionné financièrement !

Tous ces événements démontrent l’autisme des responsables de nos Eglises et leurs difficultés à comprendre que nous avons changé d'époque.

 

 

Zorobabel de Lyon

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

________________________________________________________________________________

Commentaires (2)

Christian
  • 1. Christian | 05/11/2018
Je suis assez écœuré des méthodes de Philippe Barbarin , vis a vis de David Gréa et du père Vignon , et surtout dans sa couverture de la pédophilie. Les évêques chiliens impliqués dans des affaires similaires ont eu le courage de démissionner, je demande que Philippe Barbarin démissionne lui aussi de sa charge d’évêque: Le pasteur doit protéger les plus démunis, à savoir ici les victimes de pédophile . Tant qu'il sera là, je ne m"impliquerai pas dans la vie locale de l'Eglise
Jean claude
  • 2. Jean claude | 04/11/2018
A ce que je lis sur le diocèse qui est gouverné par une personne qui le droit de vie et de mort sur ces confrères? C'est une maison ou on ne doit parler qu'à voix basse. Pour certain il est tellement facile de demander un pardon collectif , mais à QUI, et le tour est joué. Dans ces châteaux de notre époque il y a encore pas mal d'oubliettes pour ceux qui parlent trop fort. Mais les autres ils ont droit d’être mis dans un placard qui ne ferme pas à clé.
je vois que l'époque féodale de l'église n'a pas beaucoup changé. Je suis écœuré de voir que ces personnes sont de très bon moralistes mais ils ne savent pas mettre en pratique cette dite moral. Il est tellement facile de dire:" Faites ce que je vous dis de faire mais ne faites ce que je fais." Et puis un petit passage au confessionnal et le tour est joué.Il faudrait que ces signataires de la pétition ne donnent plus d'argent pour le denier du culte en le faisant savoir tant que le père Vignon n'a pas repris ces fonctions, mais les autres et bien peut être que cela les fera bouger. Ils ne sont pas obligés d’être ds moutons.

Ajouter un commentaire