19/10/2018 - La règle en fer est de retour ou mais pourquoi donc ont-ils peur ?

  • Par ccbl
  • Le 19/10/2018
  • Commentaires (1)

Deux reportages de la presse de ces dernières semaines m’interrogent : un article de La Croix du 4 septembre dernier et  un zoom de France-Inter du 1er octobre. Dans les deux cas, seuls des membres de la CCB-Lyon ont accepté d’être cités nominativement ; les autres personnes interviewées (prêtres et laïcs) l’ont fait sous le couvert de l’anonymat.

Les prêtres ont dit ne pas être libres de dire le fond de leur pensée par peur de sanctions. Un ami, prêtre âgé de 80 ans, me confiait que lui aussi n’aurait pas accepté d’être cité personnellement : « il y aurait eu trop de conséquences négatives pour moi ». Les laïcs semblent eux aussi être paralysés.

Serait-ce le syndrome de la règle de fer ? Mon vieil instituteur passant dans les rangs de la salle d’études avec sa règle en fer tapait sur les doigts des élèves indisciplinés, autrement dit ceux qui, à ses yeux, n’entraient pas dans le rang. L’enfant que j’étais craignait cette expression du pouvoir et la douleur qui l’accompagnait.

Aujourd’hui il s’agit d’adultes qui ont peur. Mais de quoi ont-ils peur ?

Que peut-il arriver de fâcheux à  un LEME (Laïc En Mission Ecclésiale) ? S’il est salarié aurait-il peur de perdre son emploi ? Il est vrai que des rumeurs courent çà et là. S’il ne l’est pas aurait-il peur de perdre sa lettre de mission ? On ne pourrait donc servir l’Eglise du Christ et le monde qu’avec une lettre de mission ?

Que peut-il arriver de fâcheux à un clerc ? Etre privé de ministère ? Il faut plus que parler librement pour arriver à de telle extrémité. Ne pas être augmenté ? Pas de risque de ce côté-là. Ou alors être déplacé dans un poste peu agréable ? Ah oui, là aussi il y a des rumeurs qui courent.

Diantre l’Eglise serait-elle une société comme une autre, là où on ne veut voir qu’une seule tête ? Zut on m’avait dit qu’elle n’était pas de ce monde.

Aidez-moi les amis : je ne sais pas de quoi ils ont peur !

 

Zorobabel de Lyon

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'est ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

_______________________________________________________________________________________________________

Commentaires (1)

Claudine Onfray
  • 1. Claudine Onfray | 02/11/2018
Ils ont peur c'est évident d'être exclus : exclus réellement ou sournoisement .
Toute parole est impossible dans un presbytérium car sinon c'est la guerre ( de source directe ).
L'Eglise c'est leur famille mais celui qui parle est un traître pour les prêtres .L'exclusion de sa famille est quelque chose de terrible et la fraternité qu'ils devraient avoir entre eux n'arrivent pas à franchir cet interdit .
Un exemple :une conférence sur Vatican II faîte par Christine Pedotti était interdite aux prêtres même intéressés par la jeune génération de prêtres : y aller était trahir !!
Celles et ceux qui sont salariés risquent leur emploi.
Les autres engagés sont au banc de leur paroisse , de leurs amis .
Parler c'est dire du mal de l'Eglise même pour un détail.
Un prêtre est tout puissant dans sa paroisse même vis à vis de l'Evêque ou alors il faut une plainte extérieure pour faire bouger l'évêque .
Cela détruit les personnes et l'institution .
J'aurais des centaines de situations à décrire . Un laïc non salarié ne craint pas s'il est bien entouré mais il sera exclu dans sa propre paroisse . J'en ai connue une qui en a été détruite : elle avait servie toute sa vie l'Eglise de façon intelligente , instruite, discrète : un nouveau curé l'a brisée par sa bêtise .L'Eglise était sa vie !!!

Ajouter un commentaire