19 mars 2019 - La parabole inversée

 

Nous connaissons tous la parabole de la brebis égarée et de son pasteur qui délaisse les 99 brebis groupées autour de lui pour partir à sa recherche. (Mt 18, 12–14).

Ne sommes-nous pas aujourd’hui dans la situation inverse avec 99 brebis gambadant joyeusement hors du bercail et 1 seule brebis sagement enfermée dans son enclos ?

Quand j’observe autour de moi, quand j’entend mon entourage, je ne peux que constater qu’un grand nombre de pratiquants a fui l’institution dans une évasion accélérée par les diverses affaires qui secouent notre Eglise.

Aussi, j’en suis à me demander si la sagesse du pasteur ne serait pas d’ouvrir en grand les portes de la bergerie et d’inviter la sage brebis qui y demeure encore à oser en sortir.

En cela, il s’agirait d’agir en harmonie avec ce que suggérait le pape François[1] « le Christ frappe à la porte de nos églises, non pas pour y entrer mais pour en sortir ».

Cela rejoindrait l’intuition du Dominicain Dominique Collin[2]: le Christianisme n’existe pas encore [3]

 

Zorobabel


[1] lors des congrégations générales précédant le conclave de son élection

[2] Intuition partagée d’autres grands noms comme  Maurice Bellet et Joseph Moingt s.j.)

[3] Le christianisme n’existe pas encore – Dominique Collin – Edition Salvator, 2018

____________________________________________________________________________________________________________________

 

Ajouter un commentaire