Atelier Foi et Langages

 

La foi, parce qu’elle est acte de confiance, est amenée à s’exprimer, à être dite. Alors le langage entre en scène pour communiquer : par des mots, des gestes, des signes, des symboles, des concepts.

 

Dans un monde de communication les langages de l’Eglise (et souvent ceux des fidèles eux-mêmes) ne sont plus compris aujourd’hui.

 

L’atelier « Foi et langages » tente de réfléchir à cette difficulté : ses membres échangent leurs questionnements et partagent des réponses en s’appuyant sur leurs propres réflexions et sur des textes de fond.

 

Une première étape nous a emmenés sur les chemins de l’Eucharistie. Des premiers siècles à nos jours nous avons vu cette expression majeure de la foi s’éloigner de ses origines. En décapant nos visions du repas eucharistique cette relecture a été pour nous tous salutaire.

 

Dans son prolongement une seconde étape nous a naturellement conduits à réfléchir sur trois autres concepts de notre foi qui sont très présents dans les prières eucharistiques : le sacrifice, le salut et le baptême. Le partage de nos interrogations et l’exploration fraternelle des portes qu’elles ouvraient nous ont littéralement retournés comme la nouvelle alliance renverse la relation de l’homme à Dieu.

 

Puis à la suite du débat initié par la première phase du synode et devant l’urgence que les laïcs y participent le plus possible, l’atelier a décidé de faire une pause sur le chemin des langages de la foi et de s’emparer lui aussi de ces questions.

 

Poursuivant cette pause il nous a paru important de s'arrêter sur deux textes majeurs de François : "La joie de l'Evangile" et "Laudato Si".

 

Reprenant le cours du chemin des langages de la foi nous avons choisi de réfléchir au cours de cette année 2016-2017 sur la résurrection. Qu'éveille ce mot en nous ? Comment la résurrection se situe-t-elle au coeur de notre foi ?

Ami lecteur nous vous donnons rendez-vous à l'été 2017 en vous rappelant que vous êtes le bienvenu parmi nous, à tout moment.

 

2 octobre 2016