CEF et synode sur la famille : discours de Georges PONTIER

Ci dessous le lien pour le discours intégral ainsi que 2 extraits  : 

 

Le Synode sur la famille

Au mois d’octobre prochain se tiendra à Rome le Synode ordinaire des évêques sur la vie et la mission de la famille dans l’Église et dans le monde contemporain. Voici bientôt deux ans que notre Église s’est emparée de cette réflexion avec la participation des fidèles des diocèses du monde entier. Depuis lors beaucoup de groupes ont poursuivi leur réflexion à l’aide de la relatio synodi et du questionnaire qui l’accompagnait. Des théologiens ont été sollicités pour éclairer de leur compétence telle ou telle de ces questions. C’est le temps du mûrissement, de l’approfondissement, de la remise devant les appels du Christ dans l’Évangile. C’est le temps de l’écoute de l’expérience de tant et tant de couples chrétiens, les uns vivant heureusement dans la réponse à son appel, les autres rendant compte de leur désir de vivre une suite du Christ, dans les situations qui sont les leurs, marquées d’ombre et de lumière. Les joies sont grandes et les souffrances nombreuses ! Notre Église perçoit un appel à approfondir tout ce que la famille peut apporter à l’Église et au monde contemporain en s’appuyant sur l’Évangile et sa longue tradition. Elle souhaite le faire en se faisant proche de ceux et celles qui traversent des épreuves. Elle souhaite le faire comme une mère et une pédagogue qui sait accompagner chacun sur le chemin de sa vie pour relever ceux qui sont tombés ou qui souffrent, pour s’instruire de ce que l’Esprit dit de l’expérience de foi vécue par les baptisés, pour soutenir chacun dans le pas qu’il peut faire aujourd’hui dans l’écoute du Christ, sincère, libre, ouverte et responsable. Le Pape François dans l’Exhortation « La joie de l’Évangile » s’exprimait ainsi : « Par conséquent, sans diminuer la valeur de l’idéal évangélique, il faut accompagner avec miséricorde et patience les étapes possibles de croissance des personnes qui se construisent jour après jour » (n°44).

Nous-mêmes, au cours de cette Assemblée nous allons prendre une journée pour échanger à partir de tout ce que nous avons entendu et vécu dans nos diocèses, pour débattre autour des questions essentielles qui se posent à nous, celles d’une annonce renouvelée, joyeuse, porteuse de l’espérance de l’Évangile de la famille, celle de la formation affective, sexuelle et relationnelle des enfants et des jeunes, celle du soutien apporté aux familles, celle de la juste attitude pastorale à promouvoir auprès de ceux et celles qui ont connu et connaissent des épreuves dans leur vie conjugale, familiale, ou dans le plus profond de leur être. Le Christ s’est approché de chacun pour panser les plaies, relever celui qui est tombé, appeler à la conversion le pécheur, révéler l’amour fidèle de Dieu. L’Église nous a confié le ministère pastoral pour être en ce temps qui est le nôtre, des pasteurs selon son cœur qui « connaissent l’odeur des brebis », comme aime le dire le Pape François, qui ne fuient pas quand le voleur ou le loup s’approche, qui demeurent en éveil sous le souffle de l’Esprit pour servir la rencontre de Dieu et de l’homme, dans le respect de ce qu’elle a d’unique et d’intime.

Le discernement pastoral

Ce ministère nous dépasse. Heureusement nous savons que nous ne sommes que des serviteurs et que la puissance de l’Esprit nous dépasse de part en part ! Nous sommes appelés à vivre en communion les uns avec les autres notre ministère. Le Pape François nous encourageait dans l’Exhortation apostolique « La joie de l’Évangile » à oser un discernement évangélique, c’est-à-dire « le regard du disciple-missionnaire qui « est éclairé et affermi par l’Esprit Saint » (n°50). Il exhortait « toutes les communautés à avoir « l’attention constamment éveillée aux signes des temps ». Il continuait ainsi : « Il s’agit d’une responsabilité grave, puisque certaines réalités du temps présent, si elles ne trouvent pas de bonnes solutions, peuvent déclencher des processus de déshumanisation sur lesquels il est ensuite difficile de revenir. Il est opportun de clarifier ce qui peut être un fruit du Royaume et aussi ce qui nuit au projet de Dieu » (n°51).

Une journée sera consacrée à cet acte de discernement évangélique sur l’exercice de notre ministère épiscopal aujourd’hui. Nous y serons aidés par le P. François-Xavier Dumortier, recteur de l’Université pontificale Grégorienne de Rome. Ce sera, j’en suis sûr, un grand moment de notre Assemblée, temps de prière ensemble, d’écoute de ce que nous dit l’Esprit aujourd’hui, temps d’humilité, de dialogue, d’accueil et de confiance. Comme le Christ prenant parfois à part ses disciples, nous nous laisserons conduire à part pour écouter ce qu’il veut nous dire et nous suggérer pour l’exercice de notre ministère aujourd’hui.

Date de dernière mise à jour : 16/10/2016