7 juillet 2019 - Le cléricalisme de bon aloi ou Sainte Colère ?

 

J’avais imaginé de longuement vous parler de cette dynamique pour un renouvellement de l’Eglise que je constate en dehors du territoire de « la fille aînée de l’Eglise » :

 

  • En Australie où se met en place un vaste projet de « révision de la gouvernance » (voir sur le site de la CCB LYON l’article de La Croix International du 28 mai ),
  • Aux USA où la principale association des prêtres interpelle vivement les évêques américains (voir sur le même site l’article de la Croix International du 6 juin),
  • En Allemagne et en Suisse où les femmes engagées dans l’Eglise se mettent en grève,

 

et me demander avec vous : « Alors on fait quoi en France ? ». On cause et souvent bien, mais agit-on ?

 

Mais je viens de lire ces lignes qui m’ont mis en colère (Est-elle sainte ? Je ne sais, mais elle est bien réelle) :

« Le diaconat fait partie de l’unique sacrement de l’Ordre. En conséquence, il marque celui qui est ordonné d’un sceau qui ne peut pas être effacé ; autrement dit, il marque la personne pour toute sa vie et dans toutes les dimensions de son existence. Le sacrement la fortifie d’une grâce spéciale (c’est moi qui souligne) pour servir le Peuple de Dieu. »

(Extrait du livret de l’ordination diaconale du 22 juin 2019 à la cathédrale St Jean)

 

 

Si je comprends bien il y a les fortifiés (par la fameuse grâce spéciale) pour servir le Peuple de Dieu et les autres.

Et donc, moi, brave baptisé faiblard, car pas du tout fortifié puisque dénué de toute grâce spéciale, petit Zorobabel qui veut servir le Peuple de Dieu, le puis-je ? En ai-je même le droit ?

Si oui, combien de baptisés faiblards vaut un fortifié ? 

 

Et je dis : assez de cette forme de cléricalisme. Ça suffit !

 

Zorobabel

Zorobabel, le rejeton de Babel (là où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

 

 

 

Ajouter un commentaire