27 mars - Être empêché  ou être en péché

 

Ce n’est pas tout à  fait pareil ! Encore que dans certains cas….

Par exemple si on prend le cas récent d’un cardinal de Lyon qui s’est « retiré » momentanément de sa charge pastorale, nommant un de ses vicaires généraux, modérateur pour le diocèse parce que sa démission n’a pas été acceptée par Rome, on peut sans doute lier ces deux notions ? En effet, par ce retrait, et de la nomination d’un modérateur, le droit canonique le dit « empêché ».

Mais peut-on considérer ledit cardinal « en péché » ? Alors qu’il a fait appel à de la décision du tribunal de Lyon qui l’avait condamné à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’un prêtre pédocriminel de son diocèse ; il reste « innocent » tant que le tribunal n’a pas statué en final. Donc « sans péché », bien que ce ne soit pas vraiment une notion juridique.

Par contre si l’on prend l’étymologie[1] du mot « péché » on trouve une signification très intéressante : « pécher » c’est « rater sa cible », rater « son but » … Alors oui à Lyon « être empêché », c’est bien avoir « raté son but »


Zorobabel


[1] Wikipedia donne aussi la notion suivante : Pécher pour le chrétien peut aussi et surtout vouloir dire : « agir de façon contraire à l'objectif ultime recherché, soit la sainteté ». 

Zorobabel, le rejeton de Babel (là où les hommes ne voulaient qu’un seul langage) est le serviteur qui veut se mettre à la tâche avec courage, même si elle est immense…(livre d'Aggée)

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

 

______________________________________________________________________________________________________________

Ajouter un commentaire