24 mai 2018  - Servante d'assemblée... une vocation  ?

  • Par ccbl
  • Le 24/05/2018
  • Commentaires (3)

 

Un ami de la CCB-Lyon nous donne l’information que le diocèse de Moulins organise prochainement une journée diocésaine pour les servants d'autel et les servantes de l'assemblée qui se terminera par la messe des vocations - attention à bien distinguer les unes des autres !

J’avoue que j’avais un peu mis de côté cette discrimination entre fille et garçon ; le message de notre ami m’a invité à faire une rapide recherche sur internet avec les mots ‘’servante d’assemblée’’ :

  • D’abord une bonne surprise : ‘ Autrefois dévolu aux seuls garçons, les filles servantes de messe et les filles servantes d’autel a été autorisé en 1969 ‘’  (Redemptionis sacramentum de 2004 au n° 47 ).
  • Mais ensuite le choc : que de propos hallucinants pour justifier l’éloignement des filles de l’autel. Un exemple au milieu de tant d’autres : « Les servantes d’assemblée se mettent au service de la liturgie, complémentaires des servants d’autel. Plusieurs tâches leur sont ainsi attribuées : accueillir les arrivants, feuilles de chant en main, ouvrir la procession d’entrée, ainsi que celle des offrandes, faire la quête, porter la paix du Christ. […] « On peut dire que les filles sont l’image de l’Église, épouse du Christ, et les garçons celle du Christ serviteur, tête du corps de l’Église. » (https://www.paris.catholique.fr/Servantes-d-assemblee-devant-pour.html)

 

Mais dans quel monde vivons-nous ! Pardon, dans quelle Eglise vivons-nous ?

Quels regards sur la Femme (et sur l’Homme), ces pratiques révèlent-elles ?

La société civile cherche à renforcer l’égalité de dignité, de respect et de considération entre les femmes et les hommes. Constater que notre Eglise se complait à justifier la supériorité de l’homme (’’proximité de l’autel, tête du corps de l’Église…’’) me terrifie.

Associer les vocations à cette discrimination a été, pour moi, le coup de grâce : ‘’vous avez compris, les filles : votre vocation c’est d’être inférieures à l’homme !’’

Eh bien non, notre vocation de fille et de fils de Dieu est d’être debout, comme le suggère St Irénée, d’être en harmonie avec soi-même et avec l’autre – aime l’autre comme toi-même (Matthieu 22-39) – et de vivre ce à quoi nous sommes appelés individuellement par Dieu au plus profond de notre cœur. Un rite machiste ne peut l’entraver.

 

Zorobabel de Lyon

"Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'est ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche" Apoc 3,16

__________________________________________________________________________________________

 

Commentaires (3)

PERRIN Philippe
  • 1. PERRIN Philippe | 27/10/2018
Marié 4 filles 1 garçon. Cette pratique se répand, alors qu'elle m'est incompréhensible. Elle me semble en outre profondément hérétique. Le Christ, nous apprend on, est Le Grand Prêtre, venu remplacer les grands prêtres du Temple de Jérusalem. Ces derniers étaient les seuls à avoir accès au Saint des Saints. Autour du Saint des Saints, la partie du Temple réservée aux prêtres. Puis le Parvis réservé aux hommes. Puis le parvis des femmes. Notre église est en train de ré-inventer les différents parvis du Temple. Les femmes n'avaient pas accès aux parties les plus sacrées à cause de leur impureté menstruelle. Le Christ a détruit ce temple matériel, définitivement, afin de racheter TOUS les hommes par son sacrifice unique. L'exemple de ces "servantes" montre bien les dérives où nous mènent les nouvelles élucubrations sur le sens du sacré. Pour le Christ, à la différence de ce qui se vivait dans l'ancien temple, c'est "l'homme", tous les hommes, qui sont sacrés. Pas les espaces, ni les objets.
Le seule justification de cette pratique doit être trouvée dans les mauvaises pensées du prêtre qui célèbre "en mémoire du Lui" en présence de jeunes filles pubères, qu'il est donc raisonnable d'éloigner.
Mireille Collet
  • 2. Mireille Collet | 29/06/2018
Merci d'ouvrir le débat : c'est la vocation de ce site !
Pour moi, c'est très bien que des filles soient servantes d'assemblée...à la condition que les garçons puissent l'être aussi !
Et que filles et garçons puissent être, si ils le souhaitent, servantes et servants d'autel.
Il s'agit d'un droit fondamental : l'égalité en droit de tous les êtres humains. C'est une des bases de la déclaration des droits de l'Homme (approuvée par l'Eglise).
DESACHY
  • 3. DESACHY | 19/06/2018
BONSOIR
PEUT-ON SAVOIR QUI VOUS ETES ?
MOI, JE SUIS MARIÉ (AVEC UNE FEMME...) père de 3 filles et deux garçons
on est super favorable aux servantes d'assemblée.

Parlons-en !

Ajouter un commentaire